4 idées reçues erronées à propos de l’assurance assistance

S’occuper de l’assurance n’est pas la partie la plus agréable de la préparation de ses vacances. Alors que, en pensées, vous êtes déjà allongé sur la plage, la réalité vous rappelle à l’ordre : il faut comparer les tarifs et les couvertures. Et la question n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît à première vue car les demi-vérités qui circulent en la matière pourraient bien vous induire en erreur. Nous vous aidons ici à faire les bons choix en tordant définitivement le cou aux quatre idées reçues erronées les plus répandues.  
 
Idée erronée n° 1 : même mal préparé, on peut voyager
Une récente enquête de Touring montre que 47% des personnes interrogées ont peur de tomber malade en voyage et que 43% redoutent un accident. Malgré cela, 38% des répondants affirment ne pas se préoccuper d’une assurance assistance. Pourtant, ce n’est pas pour rien que l’on recommande d’en souscrire une bonne ! Alors, faites-le et partez l’esprit tranquille.
 
Idée erronée n° 2 : une assurance quelconque suffit amplement
Avoir ‘une’ assurance ne suffit pas. Ce doit également être une ‘bonne’ assurance. Vous avez une assurance assistance annuelle ? Vérifiez avec votre agent de voyage que la couverture sera suffisante pour le voyage que vous envisagez : contrôlez le plafond des couvertures, s’il n’existe pas de restriction pour le pays de destination, le montant d’une intervention éventuelle,… Contrôlez également le type d’assurance dont vous disposez : est-ce une assurance assistance ou une assurance en annulation ? Car une assurance en annulation ne couvre qu’une… annulation ! Si vous devez avancer des frais médicaux à l’étranger, seule une assurance assistance vous permettra de vous faire rembourser.  

 
Idée erronée n° 3 : penser que la mutualité règle tout et vous indemnise
Depuis janvier 2017, les mutuelles limitent leurs prestations. Ainsi, vous ne pouvez plus compter sur le remboursement de frais médicaux payés hors UE. Vous partez en croisière ? Prudence : le remboursement de soins médicaux pratiqués à bord dépend du pavillon sous lequel navigue le navire. S’il navigue dans les eaux de l’UE mais sous drapeau américain, la mutuelle n’interviendra pas. Vous devez écourter votre voyage ? La mutuelle n’interviendra pas non plus. La conclusion s’impose d’elle-même : indépendamment de votre mutuelle, il est toujours préférable de souscrire une assurance assistance supplémentaire lors de la réservation de votre voyage.
 
Idée erronée n° 4 : penser qu’en cas d’accident, il vaut mieux régler les problèmes soi-même
Supposons que vous soyez victime d’un accident pendant vos vacances et que vous ayez une assurance assistance. Après la première prise en charge médicale, appelez d’abord la centrale d’assistance qui prendra immédiatement votre dossier en main. La facture de l’hôpital est très élevée ? Aucun problème car votre assurance se charge de tout pour vous. Ne vous inquiétez pas des frais de téléphone depuis l’étranger : ils vous seront également remboursés. Ne faites pas l’erreur de vouloir tout arranger vous-même avant de contacter votre assurance. Vous feriez pis que bien car votre intervention la déchargera de sa responsabilité. Vous pourriez risquer que certains frais ne vous soient pas remboursés. Le premier réflexe à avoir est de téléphoner à son assurance. Petit conseil : enregistrez son numéro d’appel dans votre téléphone.
 
Conclusion ? Pour partir l’esprit serein, informez-vous du type d’assurance que vous souscrivez et faites-vous conseiller par votre agent de voyage. Bonnes vacances !
 

Vous n'avez pas encore désigné d'agence préférée.


chercher

Introduisez un code postal ou une localité valable.